Des plateformes en Méditerranée !

Publié le par nongazdeschisteinfos

Ce BLOG prendra fin le 31 août.Plus que 15 jours pour en profiter, merci à tous les followers de me retrouver sur  : verte-influence.e-monsite.com ou "VERTE INFLUENCE" (en majuscules) sur votre moteur de recherche pour y suivre l'actualité en temps réel :

  • du gaz de schiste, des permis, (onglets Gaz de schiste_actus, les permis (PERH), de la réforme du Code Minier ;
  • mais aussi de la transition énergétique, la Méditerranée et l'évolution du climat (dérèglement climatique)

 En cliquant sur ce lien, vous serez AUTOMATIQUEMENT redirigés SUR LE SITE link

Vous pourrez voir - en bas de la page d'accueil - les articles récents mis en ligne et vous y trouverez aussi un agenda UTILE sur les évènements qui rythment le mix-énergétique.

Toutes vos observations me seront utiles pour perfectionner ce site. Bonne lecture, Danièle favari


Mon article sur Slate.fr :

Du danger des plateformes immergées au large de l'île du Levant

littoral_ile_du_levant.jpgLe site, au large des îles d’Hyères et voisine de Port-Cros, va devenir un Centre d’expertise et d’essais en mer profonde.

http://www.slate.fr/tribune/72133/ile-du-levant-plateformes-danger


Gaz de schiste : la fin

Ah, les miracles promis par le gaz de schiste, "la manne extraordinaire sous nos pieds" vantée par la patronne du Medef, la promesse d'une Amérique indépendante pour cent ans ! Ô, châteaux en Espagne, lubies fantasmagoriques, rêves insensés ! Mais le songe creux d'une énergie inépuisable s'évapore comme le méthane, les faits commencent à dissiper les discours mensongers de ceux qui ne veulent rien changer.

Le 8 mai, on a appris que deux compagnies gazières, Talisman Energy et Marathon Oil, se retiraient de l'exploration du gaz de schiste en Pologne. Pourquoi ? Parce qu'elles n'ont pas trouvé suffisamment de gaz, qui se révèle ne pas être aussi aisé à extraire qu'aux Etats-Unis. Sur 43 puits creusés jusqu'à présent en Pologne, seuls 12 ont produit du gaz. La Pologne, à qui l'on avait promis des réserves immenses de 5 trillions de mètres cubes, ramenées ensuite à 800 milliards, découvre la différence... L’accès à la totalité de l’article est protégé

LE MONDE | 11.05.2013 à 17h39 • Mis à jour le 11.05.2013 à 17h39  Par Hervé Kempf


Gaz de schiste : une avancée vers le moratoire dans l’Etat de New York

Le 2 mai dernier une décision de la Cour d’Appel Suprême de l’Etat de New York a confirmé que les municipalités ont le pouvoir de bannir la technique de fracturation hydraulique sur leur sol, statufiant ainsi en faveur de deux communes. Les communes de Dryden et de Middlefield, dans l’Etat de New York, avaient adopté une interdiction d’utiliser la fracturation hydraulique au début de la grande expansion de la production aux USA. L’affaire était allée devant la justice à la suite d’une plainte.

NEW-YORK-FRACKING-OPPOSITION-large300.jpgLa plainte, déposée en 2011 par Anschutz Exploration Corp, compagnie pétrolière basée à Denver, et reprise par l’actuelle société détentrice des droits d’exploration sur la commune de Dryden, Norse Energy, est parvenue jusqu’à la Cour d’Appel Suprême de l’Etat. Une véritable bataille judiciaire qui durait depuis plus de deux ans et qui se termine en faveur des deux communes. Désormais, toutes les municipalités de l’Etat de New York auront le droit d’adopter un moratoire sur la technique de fracturation hydraulique sur le territoire.

Une décision qui risque de compromettre les projets du gouverneur Andrew Cuomo, favorable au développement du gaz de schiste. Son administration est actuellement en train de mettre en place une réglementation afin de lever le moratoire sur la technique de fracturation hydraulique en vigueur. Cette décision de justice, en outre, va peser dans les diverses élections locales. Le gaz de schiste est déjà un argument de campagne qui voit s’opposer les candidats locaux. Le pouvoir d’interdire toute activité pourrait bien faire basculer le vote vers l’un ou l’autre côté.


"En 2100, l'énergie sera propre et illimitée"

INTERVIEW - Laurence Tubiana, spécialiste de l'énergie, membre du Conseil national du débat sur la transition énergétique, analyse pour le JDD le plan du gouvernement pour l'énergie de demain.

Dans quels domaines de l'énergie naîtront les innovations?
L'enjeu est de réduire les émissions de gaz à effet de serre en consommant moins de gaz et de pétrole tout en développant les énergies propres. Les innovations déployées permettront d'économiser beaucoup d'énergie en jouissant du même confort de vie. L'éolien, le solaire et la biomasse, qui existent déjà, deviendront plus efficaces et rentables en 2030. Les technologies de l'information, à travers les compteurs "intelligents", permettront de réguler la consommation d'électricité. La Chine, l'Allemagne, la Suède et la Californie investissent dans ces domaines et y voient le futur de leur croissance.

Laurence-Tubiana.jpgÀ quoi serviront-elles au bout du compte?
Nous sommes dans une période de transition pendant laquelle nous utilisons encore des énergies fossiles (gaz, pétrole). En consommer moins permet de gagner du temps pour les remplacer par des renouvelables sans risquer un emballement du réchauffement climatique. D'ici à 2050, on stockera mieux l'électricité mais on consommera encore du gaz et du pétrole. Mais en 2100, on peut imaginer que nous aurons des sources d'énergie propres et illimitées.

Que vont changer ces innovations dans notre quotidien?
Ces innovations vont généraliser dans beaucoup de foyers de considérables économies de chauffage. Grâce aux technologies de l'information, les maisons régleront seules leur température en fonction de l'extérieur et des modes de vie. Elles géreront le fonctionnement des appareils électroménagers ou la recharge de la voiture électrique en fonction des heures de la journée. Des quartiers produiront et partageront l'électricité ou le chauffage. Une économie vertueuse va se développer en réutilisant à grande échelle les déchets domestiques, agricoles, forestiers, les eaux usées - qui sont chaudes - pour générer de la chaleur.

Tout le monde aura-t-il une voiture électrique?
Selon certains scénarios, entre 800.000 et 1,5 million seront peut-être en circulation en 2030. S'y ajouteront des véhicules roulant au gaz moins polluant que le pétrole, cela changera la qualité de l'air en ville! Il restera des voitures à l'essence car le parc automobile s'adapte lentement et la voiture électrique est surtout un véhicule urbain. Mais on peut imaginer, dans les grandes villes, la fin des véhicules individuels et le développement de l'auto partage à côté des transports collectifs. Avec l'aide des technologies de l'information, depuis son téléphone, on choisira un mode de transport en fonction de son coût, du temps de voyage ou de la disponibilité.

Quelle innovation est la plus attendue?
Le stockage de l'électricité est un verrou important. Le faire sauter permettrait de régler le problème de l'éolien et du solaire, qui ne fonctionnent pas en permanence. Leur développement massif ferait baisser leurs coûts. Les recherches visent à miniaturiser les batteries, qui restent volumineuses et faibles en autonomie.

Quelles sources d'énergie verront le jour dans le futur?
Les énergies marines par l'utilisation des courants marins, des marées, de la houle, sont très prometteuses étant donné le vaste littoral français. À l'horizon 2050, les bactéries, les enzymes, les micro-algues pourront produire de l'énergie.


La modification du décret relatif au parc national des Calanques en consultation

Un projet de décret vise à modifier le décret portant création du parc national des Calanques. Il est soumis à la consultation du public sur le site du ministère de l'Ecologie jusqu'au 27 mai 2013. Outre la rectification d'erreurs matérielles, le projet de texte prévoit certaines dérogations aux interdictions de débarquement fixées par le décret d'origine. Ainsi, il ajoute une dérogation à l'interdiction de débarquement dans le cœur du parc pour l'île et le château d'If. Il ajoute également une dérogation à l'accès aux embarcations à moteur pour les services de secours.

Graziella Dode © Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [18476] / utilisation du flux d'actualité


Monaco veut encore s'agrandir sur la mer

La principauté à l'étroit dans ses 2 km2 vient de lancer un appel à candidature pour un projet gigantesque d'extension sur la mer. Objectif: gagner 6 hectares sur la mer pour y construire des logements de luxe. Un véritable pari technique.

monaco-le-secret-bancaire-est-de-mise_e5c95cd0bc2396445fb18.jpgProblème :  à côté s’étend la zone naturelle protégée !


AGENDA : Jeudi 16 mai, dès 9h, le Sénat examine la proposition de loi visant à inscrire la notion de préjudice écologique dans le code civil 


http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Laurence-Tubiana-En-2100-l-energie-sera-propre-et-illimitee-606812

http://www.reporterre.net/spip.php?article4238

©  tous droits réservés, danièle favari.

Reproduction interdite sauf accord de l’auteur, ou établissement d’un lien preformaté.

nongazdeschisteinfos@gmail.com

https://twitter.com/#!/daniele_favari

Les commentaires sont modérés. Ils sont les bienvenus à l'exception de toute attaque personnelle et de tous propos injurieux, blessants ou racistes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter. <br /> Cordialement
Répondre
E
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter. <br /> Cordialement
Répondre
P
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter. <br /> Cordialement
Répondre